Un programme éducatif sur la valeur de la solidarité

PM 296 logo Pendant toute l’année scolaire, on invite les participants à faire un chemin éducatif sur la valeur de la solidarité, en traversant différentes étapes. (Présence Mariste n°296, juillet 2018)

Danai ANAGNOSTOPOULOU
Danai ANAGNOSTOPOULOU

Le programme voir – juger – agir – réviser – célébrer, est un programme éducatif innovant, basé sur la méthodologie éducative de l’Église Catholique (voir –juger – agir – réviser – célébrer). Pendant toute l’année scolaire, on invite les participants à faire un chemin éducatif sur la valeur de la solidarité, en traversant différentes étapes. Les destinataires sont tous les membres de la famille mariste de notre établissement : nos élèves, leurs parents, le personnel de l’école.

Pourquoi un programme éducatif sur la valeur de la solidarité ?

La vision pédagogique de notre fondateur, Marcellin Champagnat, sur l’éducation chrétienne des enfants et des jeunes, la longue tradition de notre école dans les projets solidaires ainsi que les besoins sociaux, culturels et pédagogiques contemporains nous ont amenés à développer un programme de solidarité bien accompli dans notre établissement « Leonteios Athènes ».

De cette façon, on peut aider les enfants à cultiver différentes compétences, telles que l’empathie, la pensée critique et la responsabilité. Ils apprennent à travailler en groupe et à collaborer avec toute la communauté scolaire, car pour réaliser ce programme, il faut que tous y contribuent. Mais le plus important, c’est que l’éducation à la solidarité fait partie de notre mission évangélisatrice, car les enfants, de manière pratique, se mettent en contact avec les valeurs chrétiennes et maristes de l’amour, de la compassion, du service

Voir - juger - agir - réviser - célébrer
Voir - juger - agir - réviser - célébrer

Les étapes du programme

Les étudiants ont d’abord l’opportunité de connaître les difficultés des personnes souffrant de pauvreté, de maladie ou d’exclusion sociale (voir), puis de proposer des solutions (juger). De cette façon, ils prennent conscience du besoin d’agir pour aider les personnes souffrantes, selon les capacités de leur âge, leur maturité mentale et émotionnelle (agir).

Pendant ce processus, on accompagne les élèves, pour qu’ils prennent des responsabilités, pour qu’ils découvrent la valeur du volontariat et pour qu’ils mènent des actions de solidarité (agir). En effet, ces actions, après leur achèvement, sont évaluées et redésignées pour qu’on les améliore et qu’on les adapte au mieux aux besoins de notre société et de notre œuvre pédagogique (réviser). A la fin du programme, on offre aux élèves une récompense morale pour leur effort et le chemin parcouru. Finalement, on exprime nos rêves pour le futur (célébrer).

Journée mondiale des handicapés à « Leonteios Athènes »
Journée mondiale des handicapés à « Leonteios Athènes »

Conclusion

La formation des étudiants solidaires pourrait nourrir l’espoir pour l’avenir de notre société, car le volontariat a un rôle décisif dans le processus de maturité et l’engagement des jeunes dans la vision de la construction d’une société qui accepte les différences culturelles et sociales et favorise la paix. C’est pourquoi ce projet ne constitue pas seulement une tradition respectable, mais c’est surtout une action directement liée à la mission et au charisme mariste.

Danai Anagnostopoulou
(Publié dans « Présence Mariste » n°296, juillet 2018)