Une « classe Guttenberg » à St-Joseph de Matzenheim

PM 297- C1 logo Il s’agit de permettre aux élèves d’apprendre à comprendre pour mieux s’exprimer, ou de connaître le fonctionnement des moyens de communication mis à notre disposition de nos jours. (Présence Mariste n°297, octobre 2018)

Dans le cadre du Concours Montagne concernant l’innovation pédagogique, l’établissement St Joseph de Matzenheim, a reçu un accessit pour son projet « Gutenberg ». De quoi s’agit-il ?

Le Prix Montagne Une « classe Gutenberg », c’est quoi ?

C’est permettre à nos élèves d’apprendre à comprendre pour mieux s’exprimer, ou comment connaître le fonctionnement des moyens de communication mis à notre disposition de nos jours.

Quels en sont les objectifs généraux ?

Il s’agit d’aider nos élèves à mieux s’insérer dans le quotidien et la vie active en développant un esprit critique en vue d’accéder à une meilleure compréhension de la langue française. C’est aussi lutter contre les difficultés de lecture ou en augmenter les capacités en renforçant les heures de cours de français, mais aussi lutter contre la désinformation. Enfin, cela permet de créer un socle commun de connaissance afin de qui permettre aux élèves de renforcer leur résilience face à toute forme de manipulation.

Y a-t-il des objectifs plus spécifiques ?

Bien sûr ! C’est l’occasion de fédérer une classe autour d’un projet précis et de donner aux élèves le sentiment d’appartenir à un projet d’équipe et leur donner envie de s’investir activement.
Cela permet aussi d’éduquer les jeunes à l’information et prendre conscience de l’importance des médias dans la société actuelle et ainsi savoir les décoder et adopter une approche critique.
C’est aussi éveiller la curiosité des élèves et les ouvrir au monde extérieur.
Pour certains d’entre eux, c’est les réconcilier avec le travail scolaire par de nouveaux moyens pédagogiques, ce qui permet de développer l’estime de soi en intégrant un projet reconnu dans le collège.
Enfin, on peut dire que c’est former des citoyens responsables capables d’esprit critique face à l’invasion croissante des médias.

Concrètement, quels sont les moyens utilisés ?

Nous avons des cours en co-intervention (plusieurs matières : français, enseignement moral et civique, techno, arts plastiques, éducation musicale, professeur documentaliste…) avec des heures de français renforcées.

Le Collège de Matzenheim en septembre 2015
Le Collège de Matzenheim en septembre 2015

Nous avons également l’intervention de la presse écrite, avec la production d’articles, l’analyse et le décryptage de certaines pages.
Et aussi l’intervention des médias télévisés (comprendre et analyser un journal télévisé). Pour tout cela, nous privilégions l’intervention de journalistes qui font connaître les codes des articles de presse.
Nous organisons aussi des « opérations jeunes reporters » ou bien des travaux sur le dessin de presse.
Enfin, nous utilisons également le web radio.

Avec quels partenaires travaillez-vous ?

Plus spécialement avec un journaliste des « Dernières Nouvelles d’Alsace », avec l’Association « Le ROLL » qui est le réseau d’observatoire de la lecture. Nous travaillons aussi avec FR3, ARTE/CLEMI.
Et bien sûr un partenaire privilégié est le club lecture du Collège soutenu par les parents d’élèves.

(Publié dans « Présence Mariste » n°297, octobre 2018)