Témoignage d’un élu

PM 301 c1 42x60 logo Travailler pour le bien commun oblige à rechercher constamment des équilibres, à concilier des intérêts divergents. Être élu c’est être au service des plus humbles, des personnes en souffrance. (Présence Mariste n°301, octobre 2019)

La recherche du bien commun constitue, pour tout élu, le but ultime d’un engagement public.

Servir le bien commun, c’est d’abord agir…

Pierre Louis FILLET
Pierre Louis FILLET

Il faut le faire avec humilité et détermination, face à une tâche immense, avec la conviction d’un meilleur toujours possible.

Agir en faveur de l’épanouissement, individuel et collectif, en apportant des réponses aux besoins des habitants, besoin d’un cadre de vie préservé, d’un emploi, de services de proximité pour les jeunes, les familles, les personnes âgées… tout en favorisant les pratiques culturelles, sportives, synonymes d’ouverture, de rencontres.

Ces actions doivent être responsables et durables, afin de préserver la capacité d’action de demain.

Agir localement doit aussi permettre de répondre aux enjeux de notre temps. Face aux défis démocratiques, environnementaux, à la montée des obscurantismes - personne n’a seul la solution et nous nous devons d’agir à notre niveau.

Servir le bien commun c’est aussi acter que nul n’en a le monopole

Il faut travailler avec les acteurs de la société civile. Associés à la construction des politiques publiques du fait de leur connaissance du territoire, ils peuvent aussi porter des actions au nom du collectif (telle crèche associative…). Ces acteurs doivent aussi être soutenus dans leur diversité car ils ouvrent aux habitants des espaces de vie sociale indispensables à l’épanouissement collectif.

Col du Pas de la Ville, sur les hauts plateaux du Vercors, où le randonneur retrouve son souffle
Col du Pas de la Ville, sur les hauts plateaux du Vercors, où le randonneur retrouve son souffle

Mais la recherche du bien commun nécessite aussi aujourd’hui d’impliquer les citoyens dans l’action publique, de favoriser leur expression avec des démarches participatives. Ces pratiques nouvelles responsabilisent chacun. Elles supposent des efforts de transparence et de pédagogie : la compréhension individuelle est essentielle aux progrès collectifs.

Le bien commun c’est aussi le bien de chacun

Être élu c’est être au service des plus humbles, des personnes en souffrance. Savoir répondre aux sollicitations, accompagner, aider, soutenir et parfois, seulement être présent, écouter avec bienveillance, réconforter afin de ne laisser personne sur le bord du chemin.

Travailler pour le bien commun oblige à rechercher constamment des équilibres, à concilier des intérêts divergents, à naviguer entre approches globales, actions locales, soutien individuel. Responsable ultime du bien commun, l’élu est un moteur et un filet ; rassembleur, il cherche à fédérer plutôt que de succomber à la tentation de la division. L’élu œuvre ainsi inlassablement pour tendre vers la concorde et la fraternité.

Pierre-Louis Fillet
Président de la Communauté de Communes du Royans-Vercors
Maire de Saint-Julien-en-Vercors
(Publié dans « Présence Mariste » n°301, octobre 2019)