Qu’est-ce que j’ai dans ma petit tête ?

PM 297- C1 logo « Aujourd’hui je vise à travailler, à me socialiser, à aider les personnes s’il y a besoin ; je m’engage à travailler plus dur. Je n’arrive pas à imaginer mon avenir. Mais ce que je souhaite, c’est que tout se passe bien plus tard ». (Présence Mariste n°297, octobre 2018)

Des jeunes de lycée regardent ce qu’ils vivent aujourd’hui ; ils regardent aussi devant eux, exprimant leurs rêves et leurs désirs pour demain. Qu’est-ce qu’ils ont dans la tête ? Qu’est-ce qu’ils ont dans le cœur ?
Ma vie au lycée / ma formation aujourd’hui
  • Je vis bien tout ça ; c’est toujours un plaisir de revoir nos amis et de partager avec eux.
    C’est toujours un vrai plaisir d’apprendre, d’agrandir ses connaissances et de découvrir de nouvelles choses. Les cours ne peuvent pas toujours être notre tasse de thé ; parfois le sujet ne nous intéresse pas, mais j’essaie de voir le côté humain de mes professeurs, ce qui m’aide beaucoup ( Jorick ).
  • Il y a un an que je suis au lycée et j’ai déjà appris plein de leçons de vie, certaines plus difficiles à appliquer que d’autres, mais je fais en sorte de persévérer. ( Mélanie ).

Gabrielle, à gauche avec une des jeunes filles du groupe de Norandina

  • Aujourd’hui je vis mon lycée normalement bien ; il y a une bonne ambiance dans l’établissement, la plupart des gens sont sympas ( Luckson ).
  • Mon lycée est agréable. J’ai parfois l’impression qu’il n’y a pas de parcours pour me guider vers ce que je veux faire ( Mathias ).
  • Tout se passe pour le mieux ; on est bien éduqué, et les profs sont compétents, attentionnés et gentils. Les éducateurs et personnes ne se prennent pas la tête ( Thomas ).
Mes engagements / mon avenir
  • Je suis en ce moment une formation militaire, dans la marine, ce qui me permet d’avoir un avant-goût de l’armée avant de m’engager. Je suis aussi des cours de pilotage. J’aimerais m’engager dans une association ou une activité chrétienne car je pense que l’avenir est dans notre foi, et dans notre capacité, notre volonté d’aider autrui par n’importe quels moyens ( Jorick ).
  • Je compte beaucoup sur ma confirmation en fin de cette année. Mon avenir est plutôt flou pour l’instant ( Mélanie ).
  • Aujourd’hui je vise à travailler, à me socialiser, à aider les personnes s’il y a besoin ; je m’engage à travailler plus dur. Je n’arrive pas à imaginer mon avenir. Mais ce que je souhaite, c’est que tout se passe bien plus tard ( Luckson ).
  • Je suis dans un groupe métal musique (batteur, guitariste, chanteur). Je veux être professionnel dans ce groupe ! J’espère réussir mes objectifs et accomplir mes rêves avec les personnes auxquelles je tiens ( Mathias ).
  • Mon avenir je le voyais bien, mais avant que l’on me recale pour la ES ! ( Lauryn ).
  • Comme engagement, il y a d’abord l’évidence : me mettre à fond dans mes études pour réussir ce que je veux faire. Mon avenir, j’espère le voir dans un cockpit d’avion ( Thomas ).
Ce qui me pousse / mes rêves

Groupe de 4 élèves

  • Ce qui me motive c’est la foi du moins je pense. Il y a aussi la cohésion que nous pouvons avoir avec autrui, l’idée de servir une cause ou des valeurs. Il y a aussi le savoir (l’histoire) qui nous permet de réfléchir et de connaître les erreurs humaines. Mais ce qui me motive le plus c’est l’amour et la foi, ce qui permettrait de créer un monde meilleur en donnant de notre amour de chrétien ( Jorick ).
  • Dieu et les amis c’est important pour moi ( Mélanie ).
  • Ce qui me motive c’est ma famille ; et ce qui me pousse à vivre et travailler c’est mon avenir ( Luckson ).
  • Ce qui me motive c’est ma passion pour la musique ; les gens avec qui je travaille ; mes idoles : Joe Duplantier, Kirk Hammet, Cliff Burton ( Mathias ).
  • Dieu m’habite ; mes ambitions me motivent ; la vie : elle a l’air cool, du coup elle me pousse à vivre. Je m’accroche à mes rêves de voyager, de faire le métier qui me plaît, de rester en contact avec mes amis ( Lauryn ).
  • Ce qui me pousse à avancer : si je travaille tous mes rêves d’enfant (mêmes les plus fous) peuvent être réalisables. Il faut donc s’accrocher pour réussir. ( Thomas )
(Publié dans « Présence Mariste » n°297, octobre 2018)