Au milieu de vous se tient Celui que vous ne connaissez pas !

PM 295 C1 logo C’est sur les plages que le festival Anuncio proclame que le règne de Dieu est au milieu de nous. L’annonce explicite demande du courage pour dépasser sa propre peur et s’abandonner en Dieu. (Présence Mariste n°295, avril 2018)

Saint Jean-Baptiste, pionnier de l’évangélisation nous donne un résumé de l’attitude missionnaire : mettre en lumière dans la vie de la personne rencontrée une Présence jusque-là ignorée. Il avait choisi le désert pour annoncer la venue du Royaume à ses contemporains, c’est sur les plages que le festival Anuncio proclame que le règne de Dieu est au milieu de nous… le sable toujours, mais une ambiance un peu différente.
Anne-Geneviève MONTAGNE
Anne-Geneviève MONTAGNE

Imaginez que vous êtes allongé sur votre serviette, le soleil fait tendrement brunir votre peau et vos orteils s’enfoncent dans le sable chaud… Soudain quelque chose attire votre attention : les sons joyeux d’une fanfare, les cris enthousiastes d’un tournoi de beach-volley, les couleurs chatoyantes d’un windflag, une chorégraphie endiablée, ou tout simplement deux jeunes qui s’assoient à vos côtés pour discuter un jeu de cartes à la main, … le festival Anuncio a débarqué sur votre plage. Ne froncez pas les sourcils : c’est une bonne nouvelle !

En 2008, Raphaël, père de famille et architecte embarque une centaine de potes à la rencontre des vacanciers de la Côte d’Azur. Propositions artistiques, ambiance festive, amitié joyeuse, rencontres informelles et prière intensive sont les ingrédients d’un cocktail explosif : le festival Anuncio. Depuis lors, la formule a évolué au gré des équipes et de la docilité à l’Esprit-Saint mais avec toujours le même objectif : rejoindre ceux qui sont loin de l’Église pour leur annoncer l’amour de Dieu.

L’annonce explicite demande du courage pour dépasser sa propre peur et s’abandonner en Dieu. C’est pourquoi « Je peux tout en Celui qui me rend fort » a été élu verset préféré du missionnaire ! "Si tu veux accrocher une ruche à l’arbre, monte d’abord dans l’arbre"  : pour témoigner de Dieu et conduire les autres à Lui, il est préférable de Le fréquenter assidûment. Oraison, louange, vie sacramentelle… sont des piliers indispensables. Les festivaliers en vivent chaque jour et de manière intensive lors des deux jours qui inaugurent le festival.

L’annonce explicite est un acte ecclésial : c’est le Seigneur dans son Église qui nous envoie en mission : à l’issue des journées de lancement, un Évêque nous appelle par notre nom et nous envoie dans une ville que nous n’avons pas choisie. L’aventure commence !

Des rencontres joyeuses
Des rencontres joyeuses

Pendant une semaine nous allons l’après-midi et le soir à la rencontre des autres. Et nous découvrons une joie immense : joie de pouvoir partager ce que Dieu fait, joie de participer à la mission du Rédempteur, joie de vivre avec des personnes inconnues des temps de cœur-à-cœur et d’échange profonds. Et joie parfois de voir des cœurs (re)venir à Dieu ! Car oui nous vivons de belles rencontres ! Les missionnaires débutants sont souvent très surpris par l’accueil favorable qui nous attend. Nos contemporains ont une soif infinie de spiritualité, de vérité et d’amour. Souvent nous semons des graines, parfois nous récoltons des fruits… Nous sommes aux premières loges pour voir l’œuvre de Dieu : "Heureux les yeux qui voient ce que vous voyez" devient pour nous une parole actuelle.

Nous constatons, émerveillés, que le festival porte un fruit massif de conversion : conversions très nombreuses des festivaliers-missionnaires qui retournent chez eux le cœur changé ; conversions plus secrètes mais bien réelles de personnes rencontrées qui choisissent d’accueillir le salut : Alexis, Nedjmi, Romane, Maeva, Sandrine, Mickaël, un père de famille et ses deux fils qui demandent le baptême, et tant d’autres encore…

Anne-Geneviève Montagne
En 2018, le festival aura lieu du 2 au 12 août dans le sud de la France. contact chez anuncio.fr - www.anuncio.fr - 09 54 02 43 29
(Publié dans « Présence Mariste » n°295, avril 2018)