Les frères maristes quittent Le Cheylard

PM 303 logo 42x60 Le 15 septembre 2019, après 179 années de présence, la communauté des frères maristes a dit « adieu » au Cheylard… Beaucoup de liens tissés vont perdurer longtemps encore mais sous d’autres formes. (Présence Mariste n°303, avril 2020)

Depuis 1660, ce village de l’Ardèche avait une école de filles tenue par les religieuses de Saint-Joseph mais il n’y avait pas d’école pour les garçons. C’est pourquoi, en 1839, le curé Manialoux écrit au Père Champagnat pour demander des frères.
L’arrivée : 1840-1844
F. Jean MONTCHOVET

Le 1er avril 1840, deux Frères de la Doctrine Chrétienne de Viviers arrivent et s’installent dans l’école communale. Cette congrégation se fond très vite avec celles des Frères du Père Champagnat. En 1843, la commune décide d’acquérir la maison d’école. Quelques personnes charitables connaissant les faibles ressources de la commune, décident d’apporter leur aide afin de doter le pays d’un bel établissement.

1844-1900

Très vite les locaux deviennent insuffisants. Les Frères décident de construire une nouvelle école plus spacieuse. Le 1er octobre 1877 arrive au Cheylard Adrien Dumas appelé Frère Symilien qui devait tenir une grande place dans les destinées de l’école. Hélas bientôt la loi de la laïcisation allait bouleverser ce fonctionnement. Le 1er octobre 1884 les Frères quittent l’école qui compte 280 élèves dont 80 pensionnaires. Les élèves sont répartis à trois autres endroits de la ville.

Collège St Louis actuel

Cette situation devait durer jusqu’en 1893. M. l’abbé Ferdinand Roure estime qu’il faut regrouper les classes dans un même établissement. Il achète le terrain nécessaire, rue de Chabannes, devenu pensionnat St Louis. La construction coûtera 50 000 Francs. Aidé d’excellents collaborateurs, le F. Symilien dirigera l’école jusqu’en 1898. On y préparait au Brevet élémentaire. Le directeur était aussi un brillant musicien. Il fonda la fanfare « l’Indépendante » dont le premier président fut M. Fernand Lafont, le bienfaiteur de l’hôpital qui porte son nom.

1901-1940

Le 1er juillet 1901 était votée la loi interdisant l’enseignement aux Congrégations religieuses. L’Institut St-Louis comptait alors 225 élèves. Le F. Symilien redevenait en 1903 M. Dumas, conservant l’estime des Cheylarois qui le désignèrent conseiller municipal. Une nouvelle fois, l’école était fermée. L’abbé Roure fut contraint de racheter l’immeuble au liquidateur : l’institution Saint-Louis rouvrait ses portes le 20 avril 1905.

1941-2002
Logement de la communauté

Pendant la 2de Guerre mondiale, le pensionnat St Louis accueille des réfugiés politiques et des jeunes marseillais.

En 1960, les cours du Primaire et du Complémentaire signent avec l’État un contrat simple. De nombreux travaux sont engagés tant à l’intérieur qu’à l’extérieur de l’école par le F. Chomérac et quelques anciens élèves qui, en 1962, décident de créer l’Amicale des Anciens Élèves de Saint-Louis.

F. Jean MONTCHOVET
(Publié dans « Présence Mariste » n°303, avril 2020)