Au cœur de ma vie, un engagement qui jaillit

PM 297- C1 logo S’engager, c’est se motiver à présenter le visage d’une Église engagée, d’une Église portée par des jeunes, œuvrant au quotidien, certes pas forcément au sommet mais sur le terrain. (Présence Mariste n°297, octobre 2018)

Je m’appelle Marion Ducreux ; j’ai bientôt 20 ans et je suis actuellement étudiante en 2e année de Licence. Je fais un double cursus de sciences politiques et de psychologie. Étudiante au cœur de l’agglomération lyonnaise, je savoure les nombreuses propositions de divertissement, d’engagement et de rencontres avec les autres. J’ai la joie de vivre ma foi et de la partager au quotidien, de transmettre cette Bonne Nouvelle et cette image d’une Église ouverte sur le monde, porteuse de sens pour nous aider à grandir.
Genèse de mon engagement de foi
Marion Ducreux
Marion Ducreux

Je suis née dans une famille où l’engagement et la foi étaient des aspects majeurs de mon éducation. Mes parents, eux-mêmes engagés, m’ont sans cesse donné cette envie de me mettre au service de l’autre. Le MEJ (Mouvement Eucharistique des Jeunes) est un pilier dans ma vie. A 6 ans, je goûtais déjà les joies de la relecture, la façon concrète de m’émerveiller du monde qui nous entoure. Après tant d’années à recevoir des animateurs plus grands, à me laisser porter par leur témoignage de foi, c’est tout naturellement que je me suis dit qu’il était temps de transmettre et de redonner tous les cadeaux reçus.

Aujourd’hui, je suis animatrice, je donne un coup de main à l’équipe diocésaine pour soutenir les nouveaux animateurs et développer le MEJ. Grâce à cela, je réalise à quel point les œuvres de Dieu sont belles et ce, dans chacun des enfants que j’accompagne. 

Les personnes en situation de handicap rythment aussi ma vie car je vais ponctuellement à l’Arche pour passer du temps avec elles. Jean Vannier, rencontré, lors d’un rassemblement national du MEJ m’a appris à trouver les plus belles richesses dans mes frères porteurs de handicap. L’attention portée et les temps passés ensemble me donnent foi en la personne humaine et dans tous les fruits remarquables qu’elle contient.

Rencontrer la joie de l'évangile
Rencontrer la joie de l’évangile
S’engager mais pourquoi ? 

Au MEJ, on dit souvent que la manière de contempler la création est de la regarder sous l’angle du 3B : le Beau, le Bien et le Bon. Si j’ai ce désir brûlant de pouvoir me mettre au service, c’est parce que je crois profondément en la fraternité, je suis persuadée que nous avons tous une pierre à poser dans l’édification de notre société. Pour moi, l’engagement c’est recevoir mille fois plus de dons que ceux que l’on croit donner. S’engager, c’est aussi donner un sens à ma vie, la rythmer par des rencontres. Se rendre compte que le message « Aimez-vous les uns des autres » doit être vécu au quotidien et entre nous avant tout.  

Un temps fort moteur de cet engagement au cœur de la foi

Les JMJ de Cracovie ont été pour moi un événement incroyable qui m’a incité à m’engager encore plus. Voir tant de jeunes réunis pour leur foi, entendre un Pape qui nous invite à sortir du canapé pour aller s’engager, c’est une invitation privilégiée sur la route de la foi. Alors s’engager, c’est se motiver à présenter le visage d’une Église engagée, d’une Église portée par des jeunes, œuvrant au quotidien, certes pas forcément au sommet mais sur le terrain. Lors de ces JMJ, j’ai réellement compris que nous, jeunes croyants, devions sortir de nos églises, vivre notre foi au quotidien avec les petits et les grands, accueillir l’autre comme il vient et comme il est. En somme, vivre sa foi en tant que jeunes, c’est croire en ses désirs pour notre Église, être acteur du changement et transmettre la beauté du message eucharistique dans nos vies.

Vive la vie, vive la foi, vivent les jeunes !
Marion DUCREUX
(Publié dans « Présence Mariste » n°297, octobre 2018)